Cette réflexion a abouti à la création d’Airbnb, une start-up évaluée à plus de 30 milliards de dollars, qui compte des millions de locations dans plus de 191 pays, des appartements aux villas en passant par les châteaux.

Voici quelques faits sur la star de l’économie de partage, qui a secoué l’industrie hôtelière:

Débuts Modestes

À la fin de l’année 2007, Brian Chesky et Joe Gebbia décident de faire un peu d’argent pour payer le loyer de l’appartement qu’ils partagent, en proposant la location à court terme de parties d’appartement, petit déjeuner compris, pour de personnes ne pouvant pas réserver un hôtel pour cause de saturation du marché… « Air Bed and Breakfast » (ndlr. Matelas pneumatique et petit déjeuner), le site d’origine etait né.

Les fondateurs de la start-up, qui luttent pour faire décoller leur entreprise, organisent un coup à la Convention Nationale Démocratique à la fin de 2008, vendant des boîtes de céréales personnalisées « Obama-O’s » et « Cap’n McCains » pour 40 $ US (54 $ S$) chacune – récoltant suffisamment d’argent pour rester à flot, et gagnant une publicité non négligeable.

Le nom de la start-up a été changé en mars 2009 pour Airbnb, car il est envisagé d’en savoir plus que de dormir sur des matelas pneumatiques. En avril 2009, Airbnb obtient un financement de démarrage de 600 000 dollars de la part de Sequoia Capital après une série de refus de la part d’autres sociétés de capital-risque.

Perturber une industrie

En 2011, Airbnb se vante d’être dans 89 pays et de réserver plus d’un million de nuitées. La start-up devient une « licorne » de la Silicon Valley évaluée à un milliard de dollars sur la base de quelque 112 millions de dollars injectés par des investisseurs en capital-risque.

airbnbEn juin 2012, Airbnb annonce que plus de 10 millions de nuitées ont été réservées à son service, dont les trois quarts hors des États-Unis. La même année, Airbnb est confrontée au problème de certains clients quittant leur domicile dans des conditions déplorables en raison de fêtes ou d’autres activités bruyantes. La start-up met en place une politique de couverture des dommages d’un million de dollars en tant que « Garantie Hôte ».

En septembre 2016, Airbnb recueille des fonds dans un cycle qui valorise l’entreprise à 30 milliards de dollars. En novembre, Airbnb lance Trips, des outils que les touristes peuvent utiliser pour réserver des offres ou des événements locaux.

Croissance et réaction

Airbnb commence à faire face à des problèmes alors que les villes et les propriétaires imposent des sanctions aux « hôtes », transformant essentiellement les maisons en hôtels. À la fin de 2016, Airbnb met en œuvre des politiques visant à prévenir la discrimination raciale par les hôtes et crée une équipe permanente visant à lutter contre les préjugés, à la suite de plaintes croissantes.

Au début de 2017, Airbnb annonce son intention de doubler ses investissements en Chine, de tripler ses effectifs et de changer son nom en « Aibiying » en chinois. En septembre de la même année, Airbnb s’associe à Resy, qui devient un actionnaire minoritaire de la nouvelle entreprise, pour proposer des réservations de tables dans 700 restaurants de 16 villes américaines. Airbnb aurait réalisé un bénéfice de 93 millions de dollars sur un chiffre d’affaires de 2,6 milliards de dollars en 2017.

En 2018, luttant contre une réaction mondiale contre les start-ups «d’économie de partage» perturbant les industries traditionnelles, Airbnb est obligé d’annuler des milliers de réservations au Japon pour se conformer à une nouvelle loi régissant les locations à court terme.

Lire aussi : Macron aurait pu être à la tête d’une start-up Ed-tech

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here