Entre le 11 et le 14 février, la vente en ligne de fleurs a considérablement augmenté. Le volume de vente à ces dates représente 8% de la production totale de l’année.

La consommation de fleurs pendant la Saint-Valentin est multipliée par 20 et atteint son maximum annuel, atteignant 8% de la production totale de l’année, selon les données de The Colvin Co. , pionnir de la vente en ligne de bouquets de fleurs fraîches. 85% des ventes se font du 8 au 13 février et 65% d’entre elles sont concentrées au cours des 3 derniers jours précédant la Saint-Valentin.

Selon les ventes réalisées lors de la campagne précédente chez Colvin, le client investit un prix moyen de 38 € par bouquet, avec un minimum de 29 € et un maximum de 39 €. La dépense investie pendant la Saint-Valentin dépasse de 25% l’investissement moyen d’un client à tout autre moment de l’année, à l’exclusion de la Fête des Mères où la vente de fleurs grimpe egalement en flèche.

3 bouquets sur 4 contiennent des roses

74% des bouquets vendus ont des roses dans leur composition. Cependant, de plus en plus, l’acheteur se tourne vers des bouquets contenant des fleurs d’une grande symbolique, telles que des œillets, des chrysanthèmes et des lis.

Selon les données de l’Association des fleuristes, 9 roses sur 10 vendues le jour de la Saint-Valentin en 2017 ont été importées. L’origine des fleurs que Colvin a mises en vente lors de la campagne de la Saint-Valentin provient de champs européens, notamment d’Espagne, de Toscane et de Hollande. La proximité des champs répond à la vision de la marque pour offrir une qualité et une fraîcheur maximum. Cette désintermédiation permet au distributeur d’offrir des produits frais 40% moins chers que le prix moyen du marché.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here